Je suis célibataire et je vous emmerde.

Encore un billet nunuche ? Juste un coup de gueule très personnel. Dans beaucoup de sociétés, en particulier dans la société malgache, le bonheur d’une femme se réduit à son mariage (peut-être que plus tard je ferai un billet plus sérieux hein). Dans un sens, il est vrai que c’est difficilement concevable d’essayer d’y parvenir seul(e), mais ce n’est pas pour autant que ceux qui n’ont personne dans leur vie sont des losers.

Fuck the rain umbrella , de Artemy Lebedev et Anton Schnaider.

Dans la vie, il y a ceux qui ramènent tout à l’amour, et les autres.

Je vous arrête tout de suite, je n’ai peur ni de l’amour, ni de l’engagement. Enfin, il m’est arrivée quelques trucs moches qui font que je déverse ma déprime sur Twitter certaines fois, mais je n’ai jamais sérieusement pensé finir seule à 50 ans. J’ai même très envie de connaître ces choses. Mais il ne faut pas m’en vouloir de ne pas mettre ces préoccupations au centre de ma vie, il faut s’inquiéter pour les études, mes factures à payer ou ce que je vais porter demain (sérieux, avec le temps méga changeant qu’il fait, ça craint…).

Ce n’est pas non plus un prétexte pour « cracher sur l’extase de ceux et celles qui ont trouvé leur âme soeur », et je parle surtout des copines. Parfois, elles viennent me parler de leurs problèmes (étant célibataire, je dispose de beauuuuucoup plus de temps pour écouter et conseiller que les autres amies) et quand je suis d’accord avec elles, tout va bien. En revanche, dès que je leur mets sous le nez un de leurs torts, CA-TA-STRO-PHE, je me transforme tout d’un coup en immense jalouse… #WTF ? Pourquoi serais-je jalouse si je suis au premières loges des problèmes de couples des autres ?! Donc les nombrilistes qui pensent que leur petite existence est le centre du cosmos, calmez-vous ou gardez vos problèmes loin de mes oreilles.

Une situation que j’assume parfaitement, mais que les autres n’assument pas.

C’est surtout cette pression familiale qui m’exaspère : les tantes s’affairent à passer en revue tous les jeunes hommes de l’église, Maman me jette dans les bras de mon meilleur ami et il arrive même que les potes s’y mettent. Un peu comme si j’avais le SIDA, que c’était une profonde honte, et qu’il fallait à tout prix que je me trouve quelqu’un ! Même aux repas de famille, on fait exprès de me placer à côté de Mr BonParti, quand je me prépare avec mes cousines pour aller à une fête ma tante me dit de bien m’accommoder, « Tu vas peut-être trouver un mec là-bas ! ».

Le pire, c’est qu’à la base, comme je n’en fais pas un problème existentiel, la solitude ne m’effraie pas. Au contraire, je réalise très vite que je suis très bien entourée : famille (chiante) formidable, amis (chiants) en or et un monde rempli d’amis ou d’amours potentiels. Tout va même très bien ! Mais avec cet acharnement à essayer de me laver le cerveau, pour me faire croire que je vais finir vieille fille si à 22 ans je ne trouve pas de petit ami, on finit forcément à sentir le poids de la solitude. J’entends souvent « le temps passe, horloge biologique ceci, horloge biologique cela » MAIS BORDEL DE BITE D’IGUANE, ils ont peur que j’aie la ménopause à 25 ans ou quoi ???

Et pourtant…

…ce n’est pas faute d’essayer ! Bon, c’est vrai, j’ai deux ou trois paramétrages à faire sur les critères de sélection, mais j’essaie quand même ! Face à ces efforts, on me fait remarquer, en parlant de mes exigences, que je suis comme un flingue de 7 centimes : un produit que les riches ne veulent pas et bien trop cher pour les pauvres (Basin-ary fito).

Moralité :

Je me pose avec le premier venu, pourvu qu’il veuille de moi et que je ne sois pas seule, c’est ça ? Sont-ce vraiment les valeurs que vous souhaitez transmettre à vos enfants ? « Va avec le premier qui se présente, et supporte même si c’est un goujat » ?  SERIOUSLY ?! Merci la famille, merci les amis. Le plus drôle, c’est que ces constats très intelligents proviennent de personnes qui ne sont pas heureux dans leur vie amoureuse mais qui ne décident pas de choisir d’y mettre fin. Mesdames, Messieurs, vous ne pouvez peut-être pas faire des choix, moi je ne me vois pas vivre une vie que je n’ai pas choisie.

Alors je suis célibataire. Et je le resterai jusqu’à ce que je choisisse le bon. A moins que vous souhaitiez réellement me rendre malheureuse en m’imposant un figurant pour que VOUS soyez heureux et sereins… Et je vous emmerde.

Meurci.

PS : le « vous » ne s’adresse évidemment pas aux lecteurs, mais à ceux qui me poussent à bout… Vous par contre, je vous fais la bise, parce que pour lire le blog d’une moutarde tarée comme moi, il en faut du courage 🙂

Publicités

24 réflexions sur “Je suis célibataire et je vous emmerde.

  1. Wow, on dirait moi au même âge! « Une situation que j’assume parfaitement, mais que les autres n’assument pas. » >> je n’aurais pas dit mieux, big #cosign
    Et crois-moi, à 25ans c’est pire! surtout à Mada. Pressions familiales « Maintenant que tu as un boulot stable, il serait temps de trouver un mari blablabla » >> bizarrement, c’est surtout la famille élargie qui s’y met!! mes parents étant particulièrement cool sur le sujet, merci à eux. « Aza manambady olona tsy tena tiana, mbola ho lavitra ny lalana ka ataovy tsara ny safidy »

    Sans oublier les amis casés qui veulent te caser, les amies enceintes jusqu’aux yeux qui veulent te faire croire qu’enfanter est LE SEUL « job » acceptable pour une jeune femme de 25+1 piges… mouais.
    Puis le souci n’est pas de trouver un homme, c’est de trouver le bon! Se marier uniquement pour ne pas finir seule, très peu pour moi (pour nous! ;).
    Et arrive enfin le moment où on remercie les ex de n’être plus que… des ex. Parce qu’on a enfin trouvé le bon! Bien aidée par l’expérience des relations passées (c’est l’avantage d’être célibataire, pas d’engagement, une relation n’a pas fonctionné? on passe à autre chose. Et on finit par savoir ce qu’on veut ET ce qu’on ne veut pas (ou plus).
    Je suis reconnaissante de ne pas m’être précipitée dans le mariage plus tôt, par dépit ou par défaut. Je n’aurais jamais rencontré celui qui partage ma vie aujourd’hui…

    Je ne me fais pas de soucis pour toi, tu trouveras le bon, celui que tu pourras vraiment appeler « l’homme de ta vie » (sans cliché aucun). Tu vis bien ton célibat, c’est le meilleur moyen de ne plus l’être ^_^
    Désolée pour le long commentaire, mais le sujet me parle énormément 😉

    1. Merci de ton témoignage très riche ! Tu es la preuve qu’on ne finit pas forcément malheureux sans se précipiter, et que pour être sûr de ne pas regretter sa décision, la minutie du choix est essentielle. Comme tu as de la chance d’avoir trouvé ! Je te (vous) souhaite tout le bonheur souhaitable 🙂
      Moi non plus je ne m’en fais pas pour moi, ce sont plutôt les autres qui s’en font trop pour moi qui m’inquiètent. LOULE.

      Bisous !

    2. Merci!
      Profite bien de ta période de célibat, tu ne t’en rendras même pas compte que… tu seras déjà « en couple » 😉 (et hop, un coup de « c’est bien beau d’avoir un amoureux mais… alors le mariage, c’est pour quand? », jamais satisfaits, les gens! haha).
      Puis 22 ans! C’est super jeune, pile la période où tu commences à te demander ce que tu veux vraiment faire de ta vie, trouver ta voie toute seule comme une grande 😉
      Moi qui pensais qu’en étant loin de Mada tu échapperais à ces pressions familiales. Je vois que non! :p
      Bisous!

    3. SURTOUT arrêtez de vous dire ou de penser au BON. L’Homme (homme ou femme) est imparfait, qu’on se le dise une bonne fois pour toute, et commencer à faire une fixette sur ce BON sera le début de la fin de se remettre en couple. Dites-vous que le mot « concession » n’a pas été inventé pour rien autrement dit tout le monde a ses défauts et faut faire avec. L’important dans une relation c’est d’avoir une confiance mutuelle, l’amour sera la cerise sur le gateau et ô bonheur viendra. (même si ce n’est pas encore le cas pour moi même si ça a failli mais pas de regrets. La vie continue)

  2. Intéressant tout ça … si je peux me permettre d’apporter ma petite pierre (en tant que célibataire pathologique) : arme-toi bien, parce que ça ne fait que commencer.

    Pour ma part, je suis un peux plus vieille que toi (28 ans) et pas malgache, mais pas besoin pour subir le regard tantôt curieux tantôt désolé quant à mon célibat prolongé. J’ai un peu le même regard que toi concernant le choix de l’heureux élu : plutôt seule que mal accompagnée. Mais je dois admettre qu’arrivée à bientôt 30 ans, c’est une position de plus en plus difficile à tenir tellement j’ai l’impression d’être marquée d’une croix rouge. Imagine des années et des années à essuyer ce genre de réflexions … je te promets que ça finit par faire vaciller les convictions de n’importe qui. Au point que j’en suis à me demander si c’est pas moi qui ais un problème, qui suis trop exigeante, qui vise trop haut …
    Tous mes potes quasiment sont en couple, depuis des années pour certains. A présent, une bonne partie d’entre eux commence à avoir des enfants. Et là, c’est encore pire, parce que les préoccupations et centre d’intérêts entre eux et moi ont pris des directions totalement opposées. Les soirées entre potes sont bouffées par les marmots braillards, et les histoires de caca mous dans les couches et multiples petites anecdotes que les jeunes parents croient indispensable de te raconter. Il y a des soirs où pour le coup, je me sens vraiment seule ! Clairement, je me rends compte qu’on ne parle plus le même langage, et ça c’est très très dur à encaisser. Pire, quand elles arrêtent de parler allaitement et nounou pour s’intéresser un peu à ce que je pourrais avoir à raconter, invariablement, la première question sera – je te le donne en mille – : « Et toi alors, les amours ? » Mais putain, vous avez rien d’autre à me demander ?! Y’en a pas une qui est foutue de dire précisément en quoi consiste mon boulot, mais savoir si j’ai eu une opportunité de me faire sauter depuis le week end précédent, ça parcontre, ça les intéresse.
    Je me rends que le clivage entre nous tient du fait qu’elles ne comprennent pas que je vis très bien le fait d’être célibataire, et que me caser ne soit pas une priorité, comme toi apparemment, mais surtout qu’elles ne comprennent pas ma vision de la vie, et notamment le fait que je ne veuille pas avoir d’enfant. Ou plutôt, je ne ressens pas le désir d’être mère. Ca ça les dépasse. Plus que ça, je sens un certain dédain de leur part quand j’explique que ma réalisation et mon épanouissement personnels ne passent pas par la maternité. C’est là que je réalise l’archaïsme et le poids la société française : Peut importe ce que tu es, ce que tu as fait, si tu ne te maries pas et n’as pas d’enfant, tu resteras toujours plus ou moins marquée de l’échec. Le jour où j’ai compris ça, je me suis pris une sacrée claque.
    Bon courage ! ^^

    1. Waouh ! Merci ! Si tu y trouves ton équilibre et que tu assumes très bien tes choix, je ne vois pas le problème… Si on est libre de choisir sa religion, pourquoi sa situation amoureuse ou sa disposition à avoir des enfants ? Et puis, on n’est pas obligé de comprendre une personne pour pouvoir la soutenir (oui je sais, c’est paradoxal).
      Quoi qu’il en soit, je te souhaite du courage aussi ^^

  3. J’adore, je plussoie, je suis d’accord à 10000% avec chacune de tes idées et mon Dieu ce que j’ai ri en lisant « MAIS BORDEL DE BITE D’IGUANE, ils ont peur que j’aie la ménopause à 25 ans ou quoi ??? » hahahahahahaha

    Je ne savais pas que nos cultures étaient jumelles !

    1. Mais dis-donc, c’est que mes coups de gueule ont le don de te faire rire ? Hihi
      Nos cultures ont énormément de points communs en effet 🙂

  4. Ouch! Absolument d’accord sur le fond! Tout au fond, les ‘proches’ partent sans-doute d’un bon sentiment, mais il est clair que pressions & harcelements n’apportent en fin de compte que frustrations inutiles (voire l’effet inverse?). Ce qui est chiant dans ton post ç’est que l’air de rien « on » a l’impression d’avoir « un peu » vieilli, en le lisant 😉

    Ceci dit, je pense avoir cerné tes besoins: j’ai jamais été un bon recommandateur en la matière, mais si j’ai une idée sur qui te recommander comme mari, je t’en ferai part! hahahahaha

    1. t’inquiète pas poulette! moi aussi je me mange des réflexions, et g 33 ans, mais je m’en fous! moi à,mon âge c foutu, je suis vieille, et je n’intéresse plus ! et ya des nanas mille fois plus canons que moi !te prends pas la tête et enjoy your life 😉

  5. hahahaha, fais toi une raison……….les gens partent d’un bon sentiment et comme ils ne donnent pas tous ce conseils à la fois, ils ne voient pas qu’à force c’est vraiment « lourd » à la fin.
    Et en plus je suis tout à fait d’accord avec toi, d’habitude ce sont les gens qui ont divorcé 2 fois qui sont les plus enclins à dire:  » alors tu nous la ramène quand notre future bru ( ou gendre pour les filles) ».
    Et le pire c’est que plus tu prends de l’âge ou que ta vie change, les gens sont de plus en plus nombreux à vouloir te « caser ». Là tu as 22 ans mais quand tu auras finis tes études et que tu commences à travailler, la famille va encore revenir à la charge et te dire alors il est où? mdrr maintenant que tu as une vie stable.ET tes collègues vont aussi s’y mettre, en voulant te caser avec la fille du département d’à côté, dans les apéros, les afterworks etc etc
    Et c’est peine perdu et aussi temps perdus de faire un à un à chaque fois ton discours du j’en ai rien à battre d’être célibataire 🙂
    Pour ma part j’habites pas dans un endroit où il y a des malgaches et aussi très loin de la famille mais je me prends la remarque à chaque fois que je pars à Mada pour les vacances mdrr
    BREF FAIS TOI UNE RAISON……….car les gens pensent le dire pour ton BIEN (selon eux) donc ils ne vont jamais s’arrêter

    PS: je suis entrain de parcourir ton Blog. je trouve géniale ta façon d’exprimer les choses, bien que je ne sois pas d’accord sur tout 😉

  6. ô Ramotarda ô,
    Surtout ne te préoccupes pas trop de ce que les autres disent. A une mère de famille qui a deux enfants, plus exactement deux fils, et lorsqu’on la surprend en train de bavarder et de taquiner un petit garçon: »hafa ihany ny efa zatra lahy kely (ça se voit que vous avez l’habitude avec des petits garçons) »; ou encore lorsqu’elle a quelques secondes pour répondre au bonjour d’une fillette: »mbola mitady vavy kely izy izany angaha ? (encore à la recherche d’une petite fille, n’est ce pas ?) ». Ce que je veux simplement te dire c’est comme dit le proverbe dans le Sud de notre cher Madagasikara: »mpandihy lava volon-kelika, tsy mahay mahazo tsiny, mahay mahazo tsiny (littéralement danseuses aux longs poils d’aisselles, qu’elle danse bien ou non on en trouvera toujours quelque chose à lui reprocher) », et cela pour la simple raison que lorsqu’elles dansent les filles et les femmes dans le Sud non seulement elles portent juste un lambaoany (pagne) attaché au niveau de la poitrine mais la danse elle-même consiste à lever les bras et faire trembler les doigts, ce qui fait qu’on peut aisément appercevoir ses aisselles et alors si malheureusement elles dansent médiocrement on va les huer fortement mais si par contre elles dansent irréprochablement à ce moment-là: »hoay ireto izy lava volon-kelika é ! (holalà que vos poils d’aisselles sont assez longs !). Vous allez vous faire enterrer vivante si vous vous préoccupez beaucoup des wawawa des autres. A+, Crème Fraîche (ou préfères-tu toujours Moutarde ???).

  7. Bon, si jamais, le pic de fertilité n’est plus à 30ans comme on le pensait, mais à 25. Après cet âge, la fertilité diminue fortement. (Il faut que je te retrouve l’article).

    Enfin je dis ça, je dis rien….

    :partensifflant:

  8. Tu sais quand tu auras trouvé quelqu’un,
    Ils te demanderont quand est ce que vous vous marierez…
    Le jour de votre mariage,
    Ils te demanderont quand est ce que vous auriez des enfants…
    Et quand vous auriez un beau bébé,
    Ils vous diront qu’il serait temps de faire le ou la petit(e) soeur…
    Et après quand vous serez parents de 7 filles et 7 garcons,
    On vous mettra la pression pour marier l’ainé…
    Bref, tu n’auras jamais la paix…
    Mais c’est pas pour autant qu’il ne t’aime pas en célibataire mais c’est surtout là, la preuve qu’on se souci de ton bien être…

    Mais du coup, je comprends mieux ton post sur les 25 raisons de ne pas sortir avec un malgache… Personnelement, je ne l’ai pas trouvé super drôle… Véridique certes… Mais il y a des malgaches qui essaient de se sortir de ce genre de clichés et auront tout à fait raison de ne pas apprécier ce genre de post qui fait le tour du monde!

    Tu comprendras quand tu entendras passer la chanson « I like to move it » et qu’on te dise « Hey la malgache, c’est ta chanson!!! Fais nous la danse des lémuriens!! » C’est marrant oui.. mais quand on stigmatise une chose, on a du mal à s’en défaire…

    1. Heureusement encore que tu n’écris pas pour plaire! Mais j’espère que tu n’écris pas non plus pour déplaire à tes lecteurs…

      Tu écris sur un blog, un espace public où l’accés n’est pas limité… et non pas un journal intime que tu gardes secret sous ton lit! Et comme tu aimes tellement le dire, grâce à ton post, tes statistiques ont connu un de ces pics… Preuve qu’on te lit et que tu aimes qu’on te lise!

      Quand on veut s’exposer au public, on est obligé de parler le « politiquement correct », de s’y prendre avec « diplomatie »… Quand tu crées un blog, tu acceptes des conditions d’utilisation dont:
      « Le contenu publié par l’utilisateur ne doit pas inciter à la discrimination d’une personne ou d’un groupe de personne en raison de son appartenance à une ethnie, à une religion, à une race, ou du fait de son orientation sexuelle ou de son handicap.  »
      « Le contenu publié par l’utilisateur ne doit pas porter atteinte aux droits à la réputation, à la vie privée de tiers et à l’image ;  »
      « Le contenu publié par l’utilisateur ne doit pas être, au strict sens de la loi, dénigrant ou diffamatoire.  »

      Tu es parti d’un bon sentiment en pensant que ca serait drôle! Ca aurait pu être drôle… Mais il y a l’art et la manière…

    2. Si les gens sont coincés du cul pour ne pas comprendre que c’est du 2ème degré, je ne vais pas leur ramoner le derrière un par un jusqu’à ce qu’ils rigolent hein !

      Merci d’avoir donné ton point de vue, mais si tu veux mon avis, tu ne devrais plus me lire (ton cardiologue approuvera ce conseil, et encore, je ne te demande pas de payer la consultation). Surtout si tu recherches du politiquement correct. Et va me dénoncer pour que je sois censurée, et profites-en pour faire de même avec les humoristes qui répandent des « discours de haine raciale ». OH WAIT, tu me trouves pas drôle ! Bah tant pis, d’autres savent apprécier, à commencer par moi.

      Prout.

  9. Bonjour
    J’ai commencé à lire ton blog grace aux 25raisons de ne pas sortir avec un malgache,hilarant et tellement vrai!(je suis moi même malgache) et là dns cet article je crois voir ce que j’ai enduré moi aussi à 22 ans avec une soeur pourtant adepte du « pas avant le mariage  » qui m a jetté nonchalamment un « bonbongolo eo io fa ataovy ary » (ça va finir par moisir si tu continue) si j continuais évidemment à repousser tous les mâles de mon entourage (bouhhhh il me plaisaient pas!)
    Et c’est vrai qu’une fois mariée ça ne finit pas,la famille qui te reproche de ne pas faire un grand mariage(bah non j’avais pas envie de gaspiller mon fric à nourrir bcp dhypocrites!)
    Aller haut les cœurs et bon courage!

  10. Bon, c’est un peu facile de se cacher derrière le second degré, surtout quand on dénonce avec une certaine intelligence un véritable problème de société (malgache).

    Quoiqu’il en soit, je te souhaite de trouver l’amour, le vrai, celui qui te fera écrire un post du genre: « je le kiffe trop, j’ai des papillons dans le kiby ».

  11. Je me permets de mettre aussi mon petit grain de sel en appuyant les dires de Gudulette: il faut s’armer de patience face aux diktats imposés par la société moralisatrice ( même si ça part d’un bon sentiment ) quand on est célibataire (sauf pour ce qui est du désir d’enfant ).
    Pour ma part, j’ai decidé de changer de statut : celle de « mère célibataire » ( ce qui est un autre débat ). Lorsque l’âge avançant, j’ai constaté que  » l’heureux élu  » tardait trop à venir (j’ai 37 ans) ; j’ai préféré me pencher plus sérieusement sur le problème : comment faire pour que ma vie change de cap sans pour autant perdre les avantages du célibat ? La solution toute trouvée fut d’enfanter et de donner à un petit ange le bonheur, l’amour et l’affection que je recherchais à tout prix. Pouvoir me consacrer à mon enfant m’aide à voir la vie autrement. Mais cela ne m’empêche pas de profiter de mon semblant de célibat puisque mon temps sera et restera désormais à mon apanage. Je peux ainsi m’épanouir avec les célibataires et être en phase avec les couples ayant les mêmes préoccupations que moi pour l’avenir de ma progéniture.
    Alors ma chère Moutarde: à 25 ans, tu as encore du chemin à parcourir dans la vie alors ne te presse pas à t’engager ou de jouer les « moutons de panurge » pour satisfaire les pressions de gens bien intentionnés. En tout cas je ne me fais pas de souci pour toi car tu sembles avoir la tête sur les épaules et les doigts de pieds bien ancrés sur terre : bonne continuation !!!

Dégueuler un commentaire.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s